Félix BERTIN

(1877-1938)
Photographe d'atelier
1 photographie

Dinard Ille-et-Vilaine Nantes - Saint-Nazaire Loire-Atlantique Paris Seine Mantes-la-Jolie Yvelines

Fils d’un comptable, Félix Raoul Joseph Bertin est né le 13 juin 1877 à Chantenay-sur-Loire (Loire-Atlantique), commune qui sera rattachée à Nantes en 1908. Félix est employé de bureau quand il passe devant le conseil de révision. Il est affecté au 65e régiment d’infanterie. A son retour à la vie civile en septembre 1901, Félix Bertin s’installe à Nantes où il débute sa carrière de photographe.

NANTES : En 1902, il est inscrit sur la liste électorale de la ville, domicilié 8, rue Crébillon (1) avant de déménager 4, rue Voltaire. Là, il travaille à son compte à l'enseigne "Photographie des Beaux Arts". (2) Il est radié de la liste électorale de Nantes en 1906 car entre temps il est parti à Dinard (Ille-et-Vilaine).

DINARD : En 1906, Félix Bertin est recensé 26, rue du Casino où il travaille avec son frère cadet Donatien Bertin (1881-1963). Le 16 juin 1906, Félix épouse à Mantes-la-Jolie (Yvelines) la photographe Marthe Lucie Taluffe (1879-1974), fille du photographe Aubin Taluffe. Bien que domiciliée à Dinard, c’est chez son père que Marthe Bertin viendra accoucher de son fils Jean Félix le 16 mars 1907.

SAINT-NAZAIRE : De retour en Loire-Atlantique, Félix Bertin reprend la photographie Peigné 1, rue du Prieuré à Saint-Nazaire. Photographe à Nantes, Constant Peigné avait ouvert une succursale à Saint-Nazaire. Avant que Bertin s’y installe, l’atelier de pose était éclairé à la lumière électrique. Félix Bertin est mobilisé en juillet 1915. D’abord affecté dans une section d’infirmiers, il rejoint ensuite, en tant que photographe, le service de l’aéronautique militaire. De retour à Saint-Nazaire, il reprend son travail dans son atelier qu’il avait placé à l’enseigne "Aux Beaux Arts". Il va y opérer jusqu’au printemps 1925. Le 5 juin, par acte sous seing privé, il loue son atelier pour un an au photographe brestois Sigismond Malandowicz qui signait ses portraits Sigismond. (3) Le 20 janvier 1927, le couple Bertin vend le fonds de commerce à Sigismond. (4)

PARIS : Lors de la signature de l’acte de vente, Félix Bertin et son épouse sont domiciliés 47, rue Vivienne à Paris. Leur travail de photographes à cette adresse n’est pas documenté.

MANTES-LA-JOLIE : Aubin Taluffe, père de madame Bertin, décède le 17 mars 1929 à Mantes-la-Jolie. C’est sa fille et son gendre qui reprennent l’atelier de la rue Levesque où leur fils Jean Félix fera son apprentissage. Ils signent leurs portraits Bertin-Taluffe. Félix Bertin est décédé à Mantes-la-Jolie le 14 juillet 1938. Son fils Jean Félix, quand il se remarie le 18 août 1942, est photographe 7, rue Thiers à Mantes.

Notes et sources :

(1) Le photographe Joseph Aumont opérait 11, rue Crébillon donc presque en face du domicile de Félix Bertin. Aumont, avant de s’installer à son compte, avait longtemps travaillé pour Constant Peigné qui en plus de son établissement nantais avait ouvert une succursale à Saint-Nazaire... qu’il cédera à Félix Bertin.

(2) Un portrait de femme -format carte de visite- est signé Félix Bertin 8bis rue de la Salle-Verte - St-Clair, près Nantes . Saint-Clair est une paroisse de la ville de Nantes  mais, contrairement à Chantenay, n'a jamais été une commune distincte.  

(3) "Le Courrier de Saint-Nazaire’ du 15 août 1925. Consultable en ligne sur le site des Archives départementales de Loire-Atlantique.

(4) "Le Courrier de Saint-Nazaire " du 12 février 1927. Voir supra.