Roger BOIVIN

(1897-1988)
Photographe d'atelier

Paris

Roger Prosper René Boivin est né le 20 avril 1897 à Paris (18e) ; son père, Robert Boivin était encore employé photographe avant de travailler à son compte dans le 2e arrondissement, notamment au 37, rue Poissonnière où il décèdera le 4 avril 1915. Un an plus tard, quand il passe devant le conseil de révision de la Seine, Roger Boivin est étudiant à l’Ecole Centrale. Mobilisé à l’âge de 19 ans, il est affecté dans un régiment d’artillerie. Le sous-lieutenant Boivin est démobilisé fin septembre 1919, treize mois après l’Armistice. (1) Il est photographe portraitiste, domicilié 37, rue Poissonnière quand il épouse le 15 décembre 1920 à la mairie du 14e arrondissement Jeanne Lassabe, employée photographe. Leur témoin est une cousine du marié, Yvonne Boivin, fille de René Boivin (1869-1940), photographe au 31, avenue d’Orléans. Il est possible que Roger Boivin ait rencontré sa future épouse dans l’atelier de son oncle. Sur la liste électorale de 1935, Roger Boivin, photographe, est domicilié 31, avenue d’Orléans. On suppose que son oncle René Boivin, à une date qui reste à préciser, lui avait cédé son atelier.

Note : (1) Il semble pourtant que Roger Boivin avait repris son travail de photographe deux mois plus tôt. Le 14 juillet 1919, la fête de  la Victoire rassemble plus de deux millions de personnes à Paris. L’imposant défilé militaire passe rue Poissonnière devant l’atelier de Roger Boivin. Celui-ci offre des places à ses fenêtres à tout client qui lui commanderait une douzaine de photographies au prix courant de 80 francs. Or, en application de la loi du 9 juillet 1919, les bénéfices réalisés par "certains propriétaires et locataires d’immeubles à Paris à l’occasion de la fête de la Victoire" étaient taxés à 80 %. Roger Boivin fit valoir qu’il n’avait réalisé aucun bénéfice exceptionnel puisqu’il n’avait pas augmenté le prix des portraits vendus aux 48 clients qui avaient assisté au défilé dans son atelier. Les juges lui donnèrent raison. (Sources : Retronews - Le Petit Parisien" du 11 janvier 1920 - Gallica "Le Journal officiel de la République française" du 11 juillet 1919.)