Auguste CHARROUIN

(1877-1918)
Photographe d'atelier.
61 photographies

Tours Indre-et-Loire

Auguste Charrouin est né le 23 octobre 1877 à Châtellerault (Vienne). Il est le fils cadet de Louis Charrouin qui après avoir été armurier à Châtellerault, s'installe à Tours (Indre-et-Loire). En 1901, il est marchand de beurre.  On ne sait comment son fils Auguste en est venu à ouvrir un atelier de  photographie qui sera pendant dix ans l'un des plus fréquentés de la ville. En avril 1906, Auguste Charrouin, son frère aîné Pierre  (1874-?) et Paul Primault (1865-1954), un photographe plus expérimenté, ouvrent un atelier de photographie 14, boulevard Thiers. La mairie leur accorde l'autorisation d'apposer trois vitrines devant l'immeuble.   En novembre 1906, au plus tard,  les trois hommes sont rejoints  par Auguste Boidron (1867-1951).  Par acte sous seing privé, ils créent le 1er janvier 1907 une association en participation pour l'exploitation d'un atelier de photographie et accessoires .  Chaque associé met à la disposition de l'association son matériel de photographie évalué pour chacun à 150 F pour exploiter l'atelier de photographie du 14/16 boulevard Thiers. Quatre hommes dans le même atelier, c'était trop. Dès juillet 1907, Auguste Charrouin quitte l'association ; son frère Pierre le suivra en 1908. Ses anciens associés Primault et Boidron deviennent ses concurrents en ouvrant un studio juste à côté au 10 boulevard Thiers, Auguste Charrouin restant au 14. Les deux commerces se partagent la clientèle des militaires des casernes proches. Auguste Charrouin abandonnera vite les portraits classiques, format carte de visite ou carte  cabinet pour se spécialiser dans la carte photo, moins onéreuse. Il en produira une quantité considérable et dressera  ainsi le portrait des Tourangeaux avant et pendant la première moitié de la Grande guerre. Au printemps 1914, il dote son atelier "d'une installation moderne  permettant de photographier même la nuit".  Le 30 octobre 1916, Auguste Charrouin vend son fonds de commerce à  Marcel Imbert au prix de 30 000 F avec entrée en jouissance le 1er avril 1917. Il meurt à  Tours le 17 octobre 1918, un an après s'être marié avec Marie Louise Forgenoux, photographe, qui devait être employée dans son atelier.