Fernand PERRET

(1860-?)
Photographe d'atelier

Agen Lot-et-Garonne Le Puy-en-Velay Haute-Loire Paris Seine

Marie Hippolyte Jules Fernand Perret est né le 11 mars 1860 à Fontaine-Chalendray (Charente-Maritime). Son père, boulanger, meurt deux ans plus tard. Quand il se présente devant de conseil de révision, Fernand Perret est employé de commerce à Néré, un bourg de 1 2000 habitants de la Charente-Maritime. Fils unique de veuve, il est dispensé du service militaire.  Selon son registre matricule, Perret est domicilié à Angoulême (Charente) en 1881. C’est probablement là qu’il se serait formé au métier de photographe. Il  aurait d’abord exercé à Paris mais cela reste à confirmer.

PARIS : A l’enseigne « Grande Photographie artistique industrielle » Fernand Perret a été photographe 20, boulevard Sébastopol à Paris avec 3 puis 6 succursales en province dont une au Puy-en-Velay (Haute-Loire). Au verso de ses portraits, il fait état d’une médaille obtenue en 1878 mais qui pourrait avoir été décernée à son prédécesseur sachant qu’à cette date Fernand Perret, âgé de 18 ans, était employé de commerce dans un bourg de la Charente-Maritime. Difficile d’agencer les pièces du puzzle. Pourtant le photographe parisien F. Perret, après avoir quitté le boulevard Sébastopol, aurait opéré 21, rue Rambuteau à l’enseigne « Grande Photographie » puis, toujours à la même enseigne, 1, rue Saint-Hyacinthe Saint-Honoré. Or au verso de certains portraits faits dans cet atelier, le photographe mentionne sa succursale d’Agen.

LE PUY-EN-VELAY : Le 15 septembre 1886, si l’on se fie à son registre matricule, Perret est domicilié cité Avinenc au Puy. Il est d’ailleurs mentionné à cette adresse dans l’Annuaire de la Haute-Loire de 1887 (mais pas l’année suivante) ; ledit annuaire précise que l’atelier du Puy est l’une des six succursales ouvertes par le photographe parisien Fernand Perret.  (1)

AGEN :  A l’été 1888, après un passage à Montauban (Tarn-et-Garonne), Fernand Perret s’installe à Agen (Lot-et-Garonne). En 1889, il opère dans un hôtel privé sis 23, boulevard de la République. Le 2 août 1890, il épouse Marie Jeanne Domergue, fille du photographe agenais Charles Domergue qui était décédé en 1888. Pendant un temps, Fernand Perret travaillera avec son confrère Jean Lacroix. Celui-ci avec l’aide de Perret avait inventé l’héliocinégraphe, caméra réversible en projecteur équipé d’une route dentée qui évite le saut d’images. Pour commercialiser cette machine, ils créent le 1er janvier 1896 une société en nom collectif. (2) Elle est dissoute le 10 août 1898, les commandes étant insuffisantes. (3) Perret continue seul dans l’atelier du boulevard de la République. Il ouvrira une succursale à Nérac (Lot-et-Garonne). Au printemps 1921, Fernand Perret est toujours photographe au 23, boulevard de la République. Quelques mois plus tard, il cède son fonds de commerce à René Boragno.

Sources :

(1)  Forestier François Hubert « Un siècle de photographie au Puy :1850-1950 » (Cahiers de la Haute-Loire. Revue d’études locales – année 2004)

(2)   Gallica – « Archives commerciales de la France » du 25 avril 1896.

(3) Gallica - "Archives commerciales de la France" du 10 septembre 1898..