Louis AUBERT

(1874-1955)
Photographe d'atelier
1 photographie

chartres Eure-et-Loir Orléans Loiret

Fils d’un boulanger, Louis Claude Lerat -qui sera photographe sous le nom de Louis Aubert- est né le 17 mars 1874 à Cuffy (Cher). Son père s’installera ensuite à Nevers (Nièvre) où Louis Lerat est typographe quand il passe devant le conseil de révision. Après six mois de service militaire au 146e régiment d’infanterie, il est réformé en avril 1896 pour varice volumineuse à la jambe gauche et faiblesse constitutionnelle. Suit une période d’une dizaine d’années pendant laquelle Louis Lerat aurait été musicien. On ne sait comment ni où il s’est formé au métier de photographe.

CHARTRES : Lors du recensement de 1906,  Louis Lerat est photographe patron rue de la Couronne à Chartres (Eure-et-Loir) où il succède à A. Besnard qui n’a exercé que quelques années à Chartres. Lerat opère sous le nom de Louis Aubert.  (1) Plus stable dans sa vie professionnelle que dans sa vie privée (2) Aubert a travaillé une trentaine d’années rue de la Couronne. Bon professionnel, il était à la fois portraitiste, éditeur de cartes postales et photo-reporter. On lui doit des reportages sur la construction du tramway et celle de la poste, les inondations de 1930, l’électrification de la ligne de chemin de fer Paris-Chartres. En plus de son établissement chartrain, il avait ouvert une succursale à Illiers (Eure-et-Loir). En juillet 1914, il est promu officier de l’instruction publique. Le 25 mars 1923, le photographe, divorcé de ses deux premières épouses, se marie avec Pâquerette Charrier (1896-1979) une jeune femme de Luisant (Eure-et-Loir) qui va travailler avec lui dans son atelier chartrain. Le couple divorcera en 1952 mais était séparé depuis une dizaine d’années. Restée à Chartres,  Pâquerette Charrier conserve le fonds de commerce de photographie qu’elle ne cédera qu’en 1960.

 ORLEANS : A partir de 1943, Louis Aubert est photographe 22, rue de la République à Orléans (Loiret) où il sera actif jusqu’au début des années 50. Octogénaire, il est décédé à Orléans le 10 août 1955.

 Source : Cette notice doit beaucoup aux recherches d’Yves Lebrec et Bernard Choque qui en ont publié une synthèse riche de  beaucoup d’illustrations : « Le premier siècle de la photographie en Eure-et-Loir : dictionnaire des photographes euréliens (1839-1939) ». Pages 37-39.

 

Notes :

(1)    En hommage au musicien français Esprit Auber (1782-1871) qui avait composé plusieurs opéras dont « La Muette de Portici » et « Manon Lescaut. »

(2)    Louis Lerat s’est marié quatre fois et a divorcé de ses trois premières épouses :

-          Sa première union avec Marie Louise Besson (date et lieu inconnus) s’est conclue par un divorce prononcé par le tribunal de Nevers le 19 octobre 1911.

-          Le 22 novembre 1911 à Chartres, il épouse sa compagne Jeanne Dardouillet (1884- ?) dont il avait eu trois enfants nés en 1903, 1905 et 1906. Curieusement, le couple ne légitimera pas sa progéniture au moment du mariage mais par un acte spécial en 1915. Le 18 octobre 1922, le tribunal civil de Chartres prononce leur divorce.

-          Le 25 mars 1923, Lerat épouse Pâquerette Charrier à Luisant (Eure-et-Loir). Ils divorceront en 1952 bien après leur séparation. 

-          Le 5 juin 1954, un an avant sa mort, Louis Lerat épouse à Cuffy, sa commune natale, Antoinette Morand.