Paul BACARD Fils

(1845-1905)
Photographe d'atelier
3 photographies

Paris Seine Perpignan Pyrénées Orientales Montpellier Hérault Toulouse Haute Garonne

Louis Victor Paul Bacard est né à Fère-en-Tardenois (Aisne) le 3 mars 1845. Son père, Pierre Jean Louis Bacard était jardinier, domicilié au château. La famille Bacard ne restera pas dans l’Aisne. La soeur cadette de Paul, Marie Ursule Henriette, naîtra à Paris en 1857. Son père, après avoir été opérateur chez un photographe parisien commence à travailler à son compte vers 1866 dans un atelier situé 79, rue de Rivoli. Alors âgé de 21 ans, Paul Bacard va bientôt voler de ses propres ailes. Un portrait de Jules Ferry est signé de Bacard fils 12, boulevard des Capucines. Est-ce à cette adresse qu’il a débuté à Paris ? Le 1er août 1868, à Enghien-les-Bains, Paul Bacard épouse Désirée Thiébault, la fille unique d’Eugène Thiébault, photographe qui possédait un atelier 31, boulevard Bonne-Nouvelle. Bientôt, Bacard s’installe dans les lieux et signe ses photos "Maison Thiébault - Bacard Fils successeur". Comme son beau-père avant lui, Bacard Fils fera le portrait de nombre de célébrités : Thiers, Victor Hugo, des Communards, des acteurs et actrices de la Comédie Française. Le 20 février 1876 est prononcé la séparation de corps et de biens du couple Bacard aux torts de la femme qui n’avait que 16 ans quand elle s’était mariée. Paul Bacard reste dans l’atelier du boulevard Bonne-Nouvelle au moins jusqu’en avril 1879. Après, il y a un blanc dans sa vie. Jean-Marie Voignier recense un Bacard Fils, photographe à Charleville-Mézières (Ardennes) vers 1881. En août 1886, Bacard, fabricant de plaques en gélatine 32, rue de la Santé à Paris bénéficie d’un concordat avec ses créanciers. La suite de la carrière de Paul Bacard se situe dans le sud de la France.

Toulouse : En mai 1887, quand le jugement de divorce avec Désirée Thiébault est prononcé, il est domicilié 22, allée Lafayette à Toulouse (Haute-Garonne). La même année, Bacard présente avec son collègue Massip des épreuves à la cinquième exposition artistique et photographique de Toulouse. Les deux photographes ont travaillé quelque temps ensemble un portrait carte-de-visite est signé Massip & Bacard 27, rue d’Alsace-Lorraine. - Hôtel du Crédit lyonnais. C’est à Toulouse que Paul Bacard se remarie le 12 mai 1894 avec une suédoise Benyta Plantin. Le photographe Emile Provost est est son témoin.

Perpignan : C’est peut-être après son mariage que Paul Bacard a exercé 21, rue Traverse Vauban à Perpignan (Pyrénées Orientales).

Montpellier : En 1899, il exerce rue d’Obilion à Montpellier (Hérault). Il est recensé à cette adresse en 1901. Plusieurs cartes postales de Montpellier et de Palavas-les-Flots sont signées Bacard (1). La même année, il est fait officier d’académie.

Toulouse : A partir de 1903, il poursuit sa carrière à Toulouse dans l’ancien atelier de Provost situé 22, rue Alsace-Lorraine. C’est là qu’il décède le 4 octobre 1905. Sa veuve a poursuivi l’activité d’abord au 22, rue d’Alsace Lorraine puis au 50 de la même rue en 1907 où les clichés sont signés P. Bacard. - Successeur de Massip". Elle sera placée en liquidation judiciaire le 14 juin 1909.

(1) Dans le "Guide de l’Hérault" un Bacard, photographe, spécialiste de portraits directs, est mentionné au moins jusqu’en 1910. Dans cette édition, il est précisé que c’est Bacard Michel Charles qui exerçait rue d’Obilion. Un parent de Paul ? A vérifier.

Source :

- François Bordes -Encyclopédie historique de la photographie à Toulouse - 1839-1914. Editions Privat - 2016.

- Marc Durand - De l'Image fixe à l'image animée 1820-1910 - Archives nationales - 2015