Maria CHAMBEFORT

(1818-1875)
Daguerréotypiste itinérante puis photographe
1 photographie

Roanne Loire Saône-et-Loire

Daguerréotypiste itinérante vers 1850, Maria Chambefort est sans doute la première française à avoir exercer ce métier. Elle sera ensuite une photographe talentueuse à Roanne (Loire). Cette notice doit tout ou presque aux pages qui lui sont consacrées dans le livre publié par la médiathèque de Roanne en 2008 "Aux premiers temps des photographes - Roanne, cité modèle (1840-1940)".

Tout commence à Mâcon (Saône-et-Loire). Fils d’un vigneron de Saint-Amour, François Perraud, aubergiste, épouse en secondes noces Marie Lavenir qui a dix-sept ans de moins que lui. Le couple aura deux enfants : François né le 22 avril 1814 et Jeanne-Marie -dite Maria-, le 15 octobre 1818. L’aubergiste décède en 1831 laissant à sa veuve deux adolescents à sa charge. Quelques années plus tard, le fils quitte la Bourgogne pour Paris. De son côté, Maria, lingère, se marie en 1837 à l’âge de 19 ans avec Jean-Louis Chambefort qui est terrassier. Ils auront deux enfants : Marie (1841-1893) et François (1850-?).

Maria Chambefort aurait pu rester longtemps lingère si son frère aîné, dès 1839, n’était devenu un "élève de Daguerre" et non des moindres. Durant les années 1840, François Perraud va pratiquer le daguerréotype à Toulon mais aussi en Grèce, en Turquie et en Italie. A Rome, il doit rester dix-huit mois tant son portrait du page Pie IX avait suscité l’envie chez presque tous les cardinaux d’avoir le leur. (1) De retour en France, Perraud s’installe à Lyon d’abord rue de Constantine où sa présence est attestée en octobre 1850 puis place Saint-Nizier où il exerce en 1855. C’est à Lyon que François Perraud a formé sa cadette à la technique du daguerréotype. L’élève s’est révélée très douée. "Mlle Maria Chambefort" a commencé par être daguerréotypiste itinérante en Saône-et-Loire. Au dos de ses portraits, elle se présente comme une "qartiste photographe, élève des premiers praticiens de Paris et de Lyon, connue depuis deux ans dans le département de Saône-et-Loire par l’incontestable perfection et la fidèle ressemblance du grand nombre de portraits et de groupes de familles qu’elle y a faits...". En 1851 et 1856, la famille Chambefort est recensée rue de la Paroisse à Mâcon. L’agent recenseur précise que Jeanne Marie Perraud est la femme de Louis Chambefort, un point c’est tout. Il n’est nullement question du métier qu’elle exerçait. Durant l’hiver 1858-1859, les Chambefort quittent Mâcon et s’installent à Roanne (Loire) où Maria Chambefort sera photographe rue Impériale puis place d’Armes vers 1860. Là, elle travaille avec sa fille Marie qui avait bénéficié des conseils de sa mère mais aussi de son oncle. En 1856, âgée de 16 ans, elle est recensée place Saint-Nizier à Lyon chez François Perraud. Vers 1872, Marie Chambefort remplace sa mère et prend la direction de l’atelier familial qui sera transféré rue de la Côte vers 1876.

Jeanne Marie Perraud, épouse de Jean-Louis Chambefort, propriétaire, est décédée à Roanne le 23 janvier 1875 à l’âge de 57 ans.

Source : (1) Giselle et André Ravix "Le Marseille des Photographes - Dictionnaire des Photographes installés à Marseille de 1848 à 1914." Les auteurs reproduisent plusieurs publicités rédactionnelles de Perraud insérées dans la presse locale. Dans "La Gazette du Midi" datée du 29 décembre 1858, Perraud, qui vient de s’installer à Marseille, se présente comme un "élève distingué de Daguerre" et met en valeur son travail de daguerréotypiste en Italie, en Grèce et en Turquie durant les années 1840.

Dans la notice biographique de Perraud, les auteurs le prénomment Philibert au lieu de François et le font naître à Mâcon le 8 août 1815. Un Philibert Perraud est bien né ce jour-là à Mâcon, c’est l’enfant naturel d’une domestique de passage et qui, semble-t-il, l’a abandonné.