Léon COLIN

(1853-?)
Photographe d'atelier
1 photographie

Equeurdreville Valognes Manche Liseux Calvados

Charles Léon Colin est né le 4 mars 1853 à Domèvre-sur-Vezouze (Meurthe-et-Moselle) où son père était cultivateur. il sera ensuite employé à Paris puis photographe à Lisieux (Calvados) où sa présence est attestée en 1866. Adolescent, son fils ne s’intéresse guère à la photographie. Le 1er août 1870, âgé de 17 ans, il est incorporé au 2e régiment de zouaves pour la durée de la guerre. Quatre mois plus tard, il est caporal. Il est cassé de son grade le 25 juin 1871 pour "incapacités dans ses fonctions et mauvaise volonté soutenue dans le service et comme étant un fâcheux exemple pour ses subordonnés". Libéré le 9 août 1871, il reprend du service l’année suivante et s’engage au 3e régiment de zouaves où il finit par retrouver son grade de caporal. Il poursuit sa carrière militaire au 17e bataillon de chasseurs à pied.

LISIEUX : Revenu à la vie civile en juin 1876, il rejoint son père et se forme dans son atelier. En 1881, quand il se marie, c’est Léon qui est photographe à Lisieux où son père est agent d’assurances.

EQUEURDREVILLE : Après avoir exercé trois ans à Lisieux, Léon Colin s’installe en 1884 à Equeurdreville près de Cherbourg (Manche). Dans son atelier de la rue Gambetta, il travaille à l’enseigne "Photographie Normande" mais aussi "Photographie de l’Armée" puis, à la fin, "Photographie Moderne". En complément de son établissement d’Equeurdreville, il ouvre une succursale à Valognes (Manche). Les six ans qu’il avait passés sous les drapeaux, lui ont sans doute été utile pour attirer dans son atelier de pose un grand nombre de militaires et de marins en garnison à Cherbourg. Malgré cela, il semble que Léon Colin ait cessé son activité en 1899. (1) Il n’avait que 46 ans. Après, on perd sa trace.

(1) L’atelier de la rue Gambetta sera repris par Albert Salmon. A l’enseigne "Photographie Moderne", il y aurait été actif de 1901 à 1904 avant de poursuivre sa carrière à Orléans (Loiret).