Noémie Céline ARY-JOUANNE puis COSTE

(1844-xxxx)
Photographe d'atelier
1 photographie

Bourbon-l'Archambault Allier Dunkerque Nord Nevers Nièvre Saïgon Vietnam

Fille d’un manouvrier, Noémie Célina Mizelle est née le 2 mai 1844 à Barberey-Saint-Sulpice, commune proche de Troyes (Aube). C’est dans cette ville qu’elle fait la connaissance de son futur époux, Charles Jouanne. A l’automne 1860, sous le nom d’ Ary-Jouanne, il débute sa carrière de photographe à Troyes. Noémie n’a pas encore 17 ans et Charles en a 34 ans. ans. Le couple quitte bientôt la Champagne pour le Nord.

DUNKERQUE : En 1862, Ary-Jouanne opère à Dunkerque. Par la suite, il ouvre une succursale à Saint-Pierre-lès-Calais (Pas-de-Calais). Formée par son époux, Céline Mizelle, devenue madame Jouanne après leur mariage à Londres en 1869 (?) est aussi photographe. En 1876, elle travaille seule dans l’atelier dunkerquois pendant que son mari se consacre à celui du Pas-de-Calais. Des portraits faits à Dunkerque sont signés "Madame Ary-Jouanne". Mais cette séparation professionnelle liée au fait que les deux ateliers étaient distants de plus de 40 kilomètres ne dura pas longtemps. En mars 1877 le couple partage le même atelier... à Saïgon.

SAIGON : Dans cette ville, les deux photographes reçoivent leurs clients rue Rigault-de-Genouilly. C’est à cette adresse que leur fille décède le 24 avril 1877 à l’âge de 6 ans ; leurs deux aînés étaient morts en bas âge. On suppose que Charles Jouanne est lui aussi mort au Vietnam mais la date et le lieu de son décès ne sont pas connus. Sa veuve reste quelque temps à Saïgon. Elle opère alors rue de Yokohama avant de rentrer en France.

NEVERS : Le 18 août 1881 Noémie Mizelle domiciliée à Paris (19e) donne naissance à un fils prénommé Georges. Quelques jours plus tard, l’enfant est reconnu par son père Jules Coste, photographe à Nevers (Nièvre). Noémie le rejoint là-bas. Le 7 mars 1885, une fille prénommée Blanche Georgette, naît à leur domicile rue Gambetta. Avant 1891, le couple a quitté Nevers pours s’installer un peu plus au sud à Bourbon-l’Archambault (Allier).

BOURBON-L’ARCHAMBAULT. En 1891, Céline Mizelle, photographe, et ses deux enfants sont domiciliés 1, rue de la Monnaie ; Jules Coste, le chef de ménage est absent. Il a, semble-t-il, définitivement quitté sa compagne et ne reviendra pas dans l’Allier. Le 20 juillet 1896, quand il se marie à Langon (Gironde), il est voyageur de commerce domicilié avec sa mère à Honfleur (Calvados). Sous le nom de Madame Coste, Céline Mizelle travaille encore une dizaine d’années dans son atelier situé dans le parc de l’établissement thermal. Elle y est recensée en 1901 mais pas en 1906.

On ne sait où Céline Mizelle a vécu les dernières années de vie. Elle est décédée après le premier mariage de son fils Georges le 5 février 1921 mais avant qu’il se remarie le 12 décembre 1935.

Source : Cette notice doit beaucoup à Guy Desaegher qui a fait de longues recherches sur Charles Ary-Jouanne et Céline Mizelle. A consulter sur laphotoduxix.canalblog.fr 1844