Louis GRANGHON

(1841-1913)
Photographe d'atelier

Lyon Rhône Mantes-la-Jolie Yvelines Paris Seine Vichy Allier

Fils d’un professeur de musique, Aimé Louis Etienne Granghon est né le 11 mai 1841 à Thiers (Puy-de-Dôme). Quand il se marie, le 30 novembre 1866, il est organiste à Issoire (Puy-de-Dôme) où il enseigne aussi la musique comme son père. Mais Louis Granghon avait une autre corde à son arc, ancien élève de l’école des beaux-arts (de Paris ?), il avait une formation de peintre qui l’aiguillera vers le métier de photographe.

SAINT-CHAMOND (Loire) : Un Granghon a été photographe à Saint-Chamond durant les années 1860. (1) Il pourrait s’agir de Louis Granghon qui y aurait fait ses débuts.

VICHY (Allier) : La présence de Louis Granghon à Issoire est attestée jusqu’en juillet 1873 (naissance de sa seconde fille). Il n’y est plus recensé en 1876. Entre temps, il s’est installé comme peintre et photographe à Vichy. A l’enseigne « Photographie de l’Etablissement & du Casino » il opère avenue Victoria dans la villa Coutem. C’était l’ancien atelier de Paul Coutem. Travaillant à Paris, celui-ci venait à Vichy pendant la saison photographier la clientèle de l’établissement thermal et les touristes. En 1859, il cède son atelier parisien (2) et s’installe définitivement à Vichy où il se présente comme le "Photographe de la Maison de l’Empereur et de l’établissement thermal" .  Paul Coutem est décédé à Vichy le 7 février 1872. Granghon lui a succédé à une date qui reste à préciser.

LYON (Rhône) : Après avoir quitté le Bourbonnais, Granghon opère 2, rue Grenette à Lyon.

PARIS : Dans la capitale, Granghon a travaillé : - 164, rue Montmartre (2e). Il vend cet atelier à Pireyre en juillet 1887. (3) - 73, rue Mouffetard (5e). Fonds de commerce cédé à Jouy le 20 juillet 1890. (4) - 119bis rue Monge (5e). - 9 rue Latérale à la Bièvre (5e). Louis Granghon est domicilié à cette adresse en août 1890. (5)

MANTES-LA-JOLIE (Yvelines) : Le photographe termine sa carrière rue de Jouy à Mantes-la-Jolie où il est recensé en 1901, 1906 et 1911. Il est décédé à Asnières (Hauts-de-Seine) le 26 décembre 1913.

Sources :

(1) Jean-Marie Voignier « Répertoire des photographes de France au XIXe siècle ». (1993).

(2) Marc Durand « De l’image fixe à l’image animée 1820-1910 ». Archives nationales (2015)

(3) Gallica – « Archives commerciales de la France » du 6 juillet 1887. (4) Gallica – « Archives commerciales de la France » du 16 juillet 1890. (5) Séparé de sa femme, Louis Granghon vivait à Paris avec une jeune brodeuse d’or, Amélie Feuquer, dont il aura deux enfants que leur mère reconnaitra en 1924. Photographe rue Latérale, Granghon est témoin sur l’acte de naissance de ses deux enfants.