Paul METENIER

(1829-1909)
Photographe itinérant puis sédentaire
1 photographie

Cannes Menton Alpes-Maritimes Montluçon Allier Nice Paris Seine Vichy

Gilbert Méténier (souvent prénommé Paul et parfois Hippolyte) est né le 17 juin 1829 à Hérisson (Allier) où son père était propriétaire cultivateur. Avant ses 16 ans, il est orphelin de père et de mère. (1)

SABOTIER : Le 1er octobre 1850, il est sabotier dans le Cher quand il épouse la fille d’un sabotier d’Ainay-le-Château (Allier). Son épouse décède le 15 mai 1857 quelques semaines après avoir accouché d’un fils qui ne vivra que six mois. La même année, Paul Méténier, veuf avec un enfant en bas âge, se remarie avec Cécile Lorreau, lingère à Ainay-le-Château. Il est toujours sabotier itinérant dans le Cher quand naît leur premier enfant le 10 octobre 1858.

PHOTOGRAPHE ITINERANT : Comment le sabotier est-il devenu photographe ? On ne sait rien de cette étonnante métamorphose. Sans doute le sabotier lors de ses déplacements professionnels a-t-il croisé un photographe ambulant qui lui a donné l’envie de changer de métier. Toujours est-il que le 4 décembre 1859, lors de la naissance de l’un de ses enfants morts en bas âge, il est photographe domicilié à Ainay-le-Château. Dans cette commune qui comptait 2 000 habitants, la clientèle n’était pas suffisante pour faire vivre le ménage. Méténier est d’abord photographe ambulant dans l’Allier et le Cher, voire plus loin... Est-ce lui qui annonce son arrivée à Poitiers dans le "Journal de la Vienne" du 19 septembre 1859 : "Méténier, artiste peintre, professeur de photographie de Paris, a l’honneur de donner avis de son arrivée dans notre ville pour quelques jours seulement. Il ose espérer qu’on ne laissera pas échapper cette occasion d’avoir n des portraits frappants de ressemblance et inaltérables, d’après les procédés les plus recommandés de la capitale..." (2) On a du mal à faire le lien entre le sabotier de 1858 et le professeur (autoproclamé) de photographie de Paris en 1859. Après avoir été domicilié à Gannat (Allier), puis à Dun-sur-Auron (Cher), Méténier se fixe dans l’Allier.

ALLIER : Il s’installe d’abord à Vichy où sa présence est attestée en février 1863. En 1866, il est recensé au 6, boulevard Napoléon. L’année suivante, il est actif à Montluçon sur le boulevard de la Mairie. Retour à Vichy où il est recensé au 12, rue Sévigné en 1872. Plus tard, il sera associé à Georges Arloing sous le nom de "Méténier & Arloing - Photographes de Paris à Vichy - succursale à Saint-Amand-Montrond (Cher)".  Arloing est d’ailleurs photographe à Saint-Amand en septembre 1886 quand il épouse une nièce de Madame Méténier. C’est lui qui reprendra l’atelier de Vichy après  le départ de Méténier

PARIS : Parallèlement à sa carrière dans le Bourbonnais, Méténier a eu un atelier au Palais-Royal où il aurait été actif à partir de 1869. (3)

ALPES-MARITIMES : Dans "Le Courrier de Cannes", daté du 30 novembre 1871, on trouve une publicité en français et en anglais pour la Photographie Paul Méténier rue Bivouac ou il vante un "Nouveau genre de miniatures sur ivoire, émail et carte porcelaine" (4). Il ne fera qu’un passage rue du Bivouac puisqu’en août 1872, il travaille 41, rue d’Antibes dans un atelier attenant au casino de Cannes et qu’il a placé à l’enseigne "Photographie anglaise". La dernière annonce de Paul Méténier dans "Les Echos de Cannes" est insérée dans le numéro du 6 décembre 1874.

.A Nice, on le trouve au 7, rue Alberti (1875-1876) puis au 28, boulevard du Pont-Neuf (1877) et enfin au 26 du même boulevard de 1879 à 1884.  (5) Il a eu aussi une succursale 19, rue Victor-Emmanuel à Menton. C’est sans doute au bord de la Méditerranée que Paul Méténier a fini sa carrière sur laquelle il reste de nombreuses lacunes à combler.

Paul Méténier est décédé le 26 février 1909 à Saint-Amand-Montrond (Cher) à l'âge de 80 ans.

Sources :

(1) Pour cette notice, je me suis appuyé sur les recherches effectuées par Nathalie Pasquier, qui a organisé en 2018 à la médiathèque d’Ainay-le-Château une exposition sur les photographes de la commune.

(2) "Le Journal de la Vienne" du 19 septembre 1859. Consultable en ligne sur le site des Archives départementales de la Vienne.

(3) François Boisjoly "Répertoire des photographes parisiens du XIXe siècle" (2009).

(4) "Le Courrier de Cannes" et "Les Echos de Cannes" ont été  mis en ligne par les archives municipales de Cannes.

(5) Roland Patin recense les photographes niçois sur son blog https://artplastoc.blogspot.fr/2016/12/632-vers-un-annuaire-nicois-des.html