Emile ORDINAIRE

(1844-1892)
Photographe d'atelier

Dinard Ille-et-Vilaine

Emile Pierre Charles Ordinaire est né le 7 avril 1844 à Bain-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine). Son père, gendarme à cheval, originaire du Jura, s’était marié en 1837 à Bain où étaient nés ses deux fils : Jules en 1839 puis Emile cinq ans plus tard. Sachant qu’un certain Jules Ordinaire a été photographe à Paris durant les années 1860, on suppose qu’Emile a pu se former auprès de son aîné.

DINARD : Emile Ordinaire a ouvert un atelier de photographie à Dinard - Saint-Enogat au début des années 1870. En juin 1873, il avait un employé, Jean-Marie Legoff, qui se suicide à l’âge de 17 ans, en avalant du cyanure de potassium. (1)  En 1872, Dinard compte  2 513 habitants mais beaucoup plus pendant la saison des bains de mer. Durant les années 1880, "Dinard aux cent hôtels" est la première station balnéaire de France. (2) Pour Emile Ordinaire, tous ces estivants huppés constituent une clientèle à ne pas négliger. En juillet 1884, le maréchal de Mac-Mahon, ancien président de la République, séjourne avec sa famille à l’hôtel de la Plage. Sur l’insistance d’Emile Ordinaire "l’artiste à la mode de Dinard", il accepte de se faire photographier dans le jardin de l’hôtel. (3)  A ses clients qui souhaitaient conserver un souvenir de leur séjour en Bretagne , Emile Ordinaire proposaient des vues de Dinard, Saint-Malo, Dinan, Dol-de-Bretagne et du Mont-Saint-Michel au format carte-de-visite ou carte album ainsi que des vues stéréoscopiques. Agé de 48 ans, Emile Ordinaire est décédé à Dinard le 27 août 1892. Sa veuve, née Marthe Ronsin et leur fils Emile (1878-1954) poursuivent l’activité à Dinard puis à Rennes.

Sources :

(1) "L’Avranchin" du 8 juin 1873. Consultable en ligne sur Normannia - Le patrimoine écrit du patrimoine. Travaillant à Dinard dans l’atelier d’Emile Ordinaire, Jean-Marie Legoff revenait tous le samedis à Saint-Servan voir sa mère qui sombrait de plus en plus dans l’ivresse. Accablé par ce naufrage qu'il ne pouvait empêcher, le jeune homme a bu devant sa jeune sœur un verre contenant du cyanure de potassium qu’il avait pris dans l’atelier du photographe.

(2) Wikipédia.

(3) Gallica - "Le Figaro" du 20 juillet 1884.