Charles PESTRE

(1844-1928)
Photographe d'atelier
1 photographie

Le Puy-en-Velay Haute-Loire Marseille Bouches-du-Rhône Mende Lozère; Clermont-Ferrand Puy-de-Dôme Paris Seine Saint-Etienne Loire

Charles Régis Pestre a été photographe pendant plus de quarante ans dans cinq ou six villes différentes dont Clermont-Ferrand, Saint-Etienne et Marseille. Il est le frère d’Albert Pestre et le père de Charles Pestre, qui ont été l’un et l’autre photographe.

Fils d’un facteur, Charles Régis Pestre est né le 17 novembre 1844 au Puy-en-Velay (Haute-Loire).

LE PUY-EN- VELAY : C’est dans sa ville natale que Charles Pestre débute sa carrière de photographe. Quand il s’y marie le 11 novembre 1865, peu de jours avant d’avoir fêté ses 21 ans, il est photographe et a pour témoin Jean-Baptiste Janard qui est aussi photographe. Il est possible que les deux hommes aient été photographes itinérants. Le fils aîné de Charles Régis, prénommé Charles, est né à Marvejols (Lozère) le 22 octobre 1866 bien que son père soit encore domicilié au Puy.

MENDE : Le photographe s’installe ensuite à Mende (Lozère) où il est domicilié en 1872. Six mois après le décès de sa première épouse, il se remarie à Mende le 4 janvier 1875.

CLERMONT-FERRAND : Pestre travaille ensuite à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) dans un atelier situé avenue de Charras. Il est recensé à cette adresse en 1876, 1881 et 1886. Au dos de certains portraits de militaires, on trouve la mention suivante : "Seule Maison autorisée par ordre supérieur du 13e Corps d’armée à opérer dans les quartiers". Dans son "Répertoire des photographes de France au XIXe siècle", Jean-Marie Voignier mentionne un Pestre qui aurait été actif à Billom (Puy-de-Dôme) vers 1879-1882. Il est possible que Charles Pestre ait ouvert une succursale dans cette ville située à 25 kilomètres de Clermont-Ferrand.

PARIS : Dans son "Répertoire des photographes parisiens du XIXe siècle" François Boisjoly, indique que Pestre est domicilié rue de Rivoli en 1890. Dans la capitale, il se présente comme un inventeur qui aurait déposé plusieurs brevets dont l’un portait sur un distributeur automatique de portraits, l’ancêtre du photomaton en quelque sorte. En fait, le premier appareil photo automatique à pièce avait été présenté par Ernest Enjalbert à l’exposition universelle de Paris en 1889. Quel rôle Pestre a-t-il joué là-dedans ? On ne sait. Le photographe est domicilié 58, rue Fontaine-au-Roi (11e) quand il divorce de sa seconde épouse en août 1892.

SAINT-ETIENNE : Pestre se remarie le 3 avril 1895 à Saint-Etienne (Loire). Il y exerce quelques années dans un atelier situé au 8, rue d’Annonay.

MARSEILLE : En 1901, Charles Pestre, photographe patron, est recensé 8, rue des Trois Mages à Marseille (Bouches-du-Rhône). En 1906, il est domicilié 103, chemin des Chartreux puis 134, chemin de Montalivet de 1908 à 1925. Il est décédé à Marseille le 12 avril 1928. (1)

Source : (1) Giselle et André Ravix - "Le Marseille des Photographes - Dictionnaire des photographes installés à Marseille de 1848 à 1914". (2014)