Eugène ROYER

(1857-?)
Photographe d'atelier
1 photographie

Caen Cavlados Douai Nord

Fils d’un propriétaire-cultivateur, Eugène Victor Royer est né le 17 mai 1857 à Isle-sous-Ramerupt (Aube). En 1876, âgé de 19 ans, il est recensé comme ouvrier bonnetier dans son village natal où il vit avec sa mère qui est veuve depuis quelques mois. Le jeune homme va bientôt quitter sa famille pour entrer à l’Ecole des beaux-arts de Paris où il obtiendra un premier prix puis une médaille d’or à une exposition en 1881. Pas suffisant sans doute pour gagner sa vie. Le 7 mars 1882, quand il se marie, Eugène Royer est photographe. Benjamine Jaquelin, son épouse, est elle aussi photographe. On suppose qu’ils étaient tous les deux employés dans un atelier de la capitale. Après leur mariage , ils s'installent à Douai (Nord).

DOUAI : Là, Eugène Royer travaille à son compte dans un atelier situé 34, rue Ballain. La première de ses quatre épouses décède le 19 août 1884 à l’âge de 35 ans. Seize mois plus tard, le 2 décembre 1885, le photographe se remarie avec Augustine Capron, dont le frère Henri Capron était photographe. Le couple quitte le Nord et part à Caen (Calvados).

CAEN : La seconde épouse d’Eugène Royer décède à Caen le 11 janvier 1889 à l’âge de 24 ans. Hippolyte Royer est alors photographe au 111, rue Saint-Pierre. Il va y exercer longtemps. C’est là que naîtront en 1894 et 1898 les deux filles issues de sa troisième union. Royer est encore recensé au 111, rue Saint-Pierre en 1901 mais avant 1906, il a déménagé en face au 98, rue Saint-Pierre où "on opère la nuit à la lumière électrique". Il est actif à cette adresse en septembre 1916 et probablement jusqu’à la fin de la guerre. En 1921, c’est Paul Brossard d’Alban qui l’a remplacé.