Joseph (Jules) ROZIER

(1855-?)
Photographe d'atelier
3 photographies

Arles Bouches-du-Rhône Uzès Gard Vienne Isère

Joseph Antoine Victor -parfois prénommé Jules- Rozier est né le 17 février 1855 à  Saint-Jean-en-Royans (Drôme). Son père est tailleur d'habits ; sa mère, Victoire Rozier née Champavier est couturière. Le couple aura aussi une fille, Juliette, née le 18 mars 1856. En janvier 1867, Victoire Rozier obtient la séparation de biens avec son époux qui, plus tard, sera soigné dans un asile d'aliénés. En 1872, elle et son fils sont recensés à  Saint-Jean-en-Royans. Joseph Rozier est qualifié de photographe. Dans une commune qui comptait 2 758 habitants, on imagine mal un adolescent dans sa dix-septième année vivre de la photographie. Il est probable qu'il était encore en apprentissage chez un professionnel d'une ville proche : Valence, Montélimar, voire Lyon. Joseph forme sa mère au métier de photographe qu'elle va d'abord exercer seule à  Crest (Drôme). En décembre 1873, il s'engage pour cinq ans au 3e régiment de zouaves et part en Algérie. Il est de retour en août 1878. On sait, d'après son registre matricule, qu'il a d'abord habité 120, cours Lafayette à  Lyon avant de s'installer fin juillet 1880 11, cours Romestang à  Vienne (Isère). Pendant une dizaine d'années, il va travailler avec sa mère et sa soeur sous la raison sociale "Mme Rozier et ses enfants". En 1891 ou 1892, la famille se sépare. Le fonds de commerce est vendu à  Joguet, un photographe lyonnais. Joseph Rozier, quand il se marie le 23 novembre 1892, est photographe à  Arles (Bouches-du-Rhône). Il a aussi fait un passage à  Uzès (Gard), ville natale de son épouse. A rapprocher du J. Rozier qui aurait exercé 1, rue Sainte-Marie à  Lyon à  la fin des années 1890.