L. SCANAGATTI

(xxxx-xxxx)
Photographe d'atelier

Barcelone Espagne Dijon Côte-d'Or Paris Seine Perpignan Pyrénées-Orientales Turin Italie

Photographe italien, L. Scanagatti à travaillé à Turin, en France (Paris, Perpignan, Dijon) et à Barcelone (Espagne).

TURIN : Dans la capitale du Piémont, Scanagatti succède au photographe H. Le lieure. Son atelier est situé 41, via Roma. Certains portraits faits à cette adresse sont signés "Fratelli Scanagatti". On suppose que l’un des frères Scanagatti est venu en France pendant que l’autre continuait à opérer à Turin

PARIS : Quand il s’installe à Perpignan (Pyrénées-Orientales) en 1868 (voir infra) Scanagatti précise qu’il a deux établissements principaux à Paris et à Barcelone. Dans la capitale, il opère 7, rue Vivienne où il a succédé à Alexandre Dupuy. En juillet 1874, il projette de céder cet atelier mais le contrat de vente est résilié en septembre. (1) Scanagatti poursuit sa carrière 27, rue de Ponthieu où il reprend en juin 1882 l’atelier de G. Moretti. (2) Scanagatti, associé à Mme Molina, a aussi travaillé 2, place de la Bourse dans l’atelier où avaient opéré les frères Susse. Il a été actif à Paris jusqu’au milieu des années 1880. (3)

PERPIGNAN : En juillet 1868, Scanagatti, peut-être après un séjour à Barcelone, s’arrête à Perpignan (Pyrénées-Orientales). "Réclamé par les importantes affaires de ses établissements principaux de Paris et de Barcelone", il prévient ses clients qu’il ne prolongera son séjour dans le Roussillon que jusqu’à fin septembre 1868. (4) En fait, il restera (ou sera représenté) trois ans à Perpignan dans un atelier situé 4, rue du Rempart-de-Villeneuve aux Tanneries. Il le cède en octobre 1871 au photographe toulousain Joseph Provost. Dans "Le Journal des Pyrénées-Orientales" du 3 octobre 1871 M. et Mme Scanagatti informent leurs clients qu’ils quittent Perpignan "pour aller prendre la suite d’une des plus importantes maisons de photographie de la capitale". (5)

BARCELONE : L’atelier de Scanagatti dans la capitale catalane était situé 4 rambla del Centro. On ne sait pas pendant combien de temps le photographe italien a travaillé en Espagne. Son départ de Barcelone a pu être concomitant à celui de Perpignan.

DIJON : Après avoir cédé son établissement de Perpignan, Scanagatti, ouvre une succursale de son atelier parisien à Dijon (Côte-d’Or). Elle est située 30, boulevard Carnot. Il la cède en 1880 au photographe italien Frédéric de Lonti.

DOLE (?) Dans "L’Avenir du Jura" daté du 15 septembre 1873, le directeur de la "Photographie dijonnaise" dont les maisons principales sont à Paris rue de Ponthieu 27 et Dijon, Boulevard Carnot 30 informe les habitants de Dole (Jura) qu’il vient de reprendre la photographie de M. Richard. Bien que le nom de Scanagatti ne soit pas mentionné dans l’annonce, il ne peut s’agir que de lui.

Nous ne sommes pas documentés sur la fin de la carrière de L. Scanagatti. Un retour à Turin semble probable.

Sources :

(1) Gallica "Archives commerciales de la France" du 30 juillet 1874 et du 24 septembre 1874.

(2) Gallica "Archives commerciales de la France" du 29 juin 1882.

(3) François Boisjoly "Répertoires des photographes parisiens du XIXe siècle" (2009)

(4) "Le Journal des Pyrénées-Orientales" du 4 septembre 1868.

(5) "Le Journal des Pyrénées-Orientales" du 3 octobre 1871. La collection de ce journal est consultable en ligne sur le portail Ressources - Patrimoine en Occitanie