Ferdinand Jean-Baptiste ARTH

(1850-?)
Photographe d'atelier
3 photographies

Annonay Tournon Ardèche

Ferdinand Jean-Baptiste Arth est né le 13 novembre 1850 à  Cambrai (Nord) où son père, soldat au 8e régiment de lanciers, est alors en garnison. Sa mère est blanchisseuse.Comme beaucoup d'autres, il se forme au métier de photographe dans la capitale et sera pendant une quinzaine d'années, "opérateur et retoucheur des premières maisons de Paris". Il s'installe à  son compte à  Annonay (Ardèche) dans les premières années 1880. Son atelier est situé 14, rue Montgolfier et montée du Savel. En mai 1888, il rachète le fonds de son confrère d'Annonay Joseph Léon Sausse.

Ferdinand Jean-Baptiste aurait aussi exercé en Avignon (Vaucluse). Selon les "Archives commerciales de la France", il cède en janvier 1896 son atelier avignonnais à  Henri Févrot.

Ferdinand Jean-Baptiste a eu deux enfants qui ont été photographe : sa fille aînée Marie Marguerite (1869-?) et son fils Ferdinand Antoine (1877-?). Ce dernier après avoir été brièvement photographe à  Avignon s'installe à  Annonay et travaille avec son père dans l'optique de lui succéder. Il semble que sa soeur en ait pris ombrage. Elle ouvre son propre atelier à  Annonay en juillet 1904. Situation étonnante, pendant plusieurs mois, dans la presse locale, les annonces publicitaires de la photographie Arth père & fils cohabitent avec celles de la photographie Marie Arth. Est-ce pour prendre un peu de distance avec sa progéniture ? Toujours est-il qu'en septembre 1905, Ferdinand Jean-Baptiste Arth confie l'atelier annonéen à  son fils et poursuit sa carrière à  Tournon (Ardèche). Il vivra assez vieux pour être nommé, en 1924, président de l'Union des pêcheurs à  la ligne de Tournon.