Emmanuel BOUILLIER

(1820-1892)
Photographe ambulant puis sédentaire
3 photographies

Bordeaux Gironde Lamalou-les-Bains Hérault Arcachon Millau Rodez Saint-Affrique Aveyron

Emmanuel Bouillier est né le 13 septembre 1820 à Lons-le-Saunier (Jura). Ses parents, l’un et l’autre journaliers, devaient, avec les maigres revenus de leur travail, faire vivre une famille nombreuse.

UN DAGUERREOTYPISTE PRECOCE : Malgré cela, leur fils s’intéresse très tôt à la technique du daguerréotype. "La Sentinelle du Jura", datée du 2 mai 1840, nous apprend que "Des expériences du daguerréotype viennent d’être tentées avec succès dans notre ville. Une jolie vue de la place de la Liberté est exposée depuis plusieurs jours devant le magasin d’optique de Mademoiselle Latura et attire l’attention des curieux." Emmanuel, qui n’a pas fêté ses 20 ans, a-t-il assisté à l’une de ces expériences ? Sans doute. Plus tard, il racontera avoir eu des contacts avec Niepce de Saint Victor, cousin issu de germain de Nicephore Niepce. Dès 1842, selon Henry Calbabian (1) il produit ses premières images sur plaque de cuivre et trouve à Lons-le-Saunier quelques clients fortunés dont il fait le portrait. En 1844, il se rend à Paris pour acheter un matériel plus perfectionné et un objectif de qualité chez Chevalier. Tout le prédestinait donc à devenir un daguerréotypiste itinérant. Pourtant, c’est le métier de mécanicien qu’il va exercer un peu partout en France pendant une douzaine d’années.

ARTISTE MECANICIEN : Le 23 avril 1846, "mécanicien ambulant sans domicile fixe", Emmanuel Bouillier se marie à Saint-Saturnin-lès-Apt (Vaucluse) où il est de passage. Son épouse, Caroline Béranger, franc-comtoise comme lui, est la fille secrète du poète chansonnier Béranger. Le couple aura sept enfants. En janvier 1847, leur fille Louise Adolphine, naît à Cannes (Alpes-Maritimes) ; Louis Jean-Baptiste (futur avocat à la cour d'appel de Paris)  naît en décembre 1850 à Cucuron (Vaucluse) ; Antoinette en août 1853 à Macon (Saône-et-Loire) ; Louise Mélanie en septembre 1855 à Tours (Indre-et-Loire).

PHOTOGRAPHE ITINERANT : Selon Henry Calbabian, c’est en 1858 qu’Emmanuel Bouillier délaisse la mécanique pour la photographie sur papier qui, depuis plusieurs années, avait supplanté le daguerréotype de sa jeunesse. Mais comme notre homme a la bougeotte, il est d’abord photographe ambulant. Avec son épouse, il arpente le sud et le sud-ouest de la France. Le 8 juin 1859, le couple est de passage à Tonneins (Lot-et-Garonne) quand Caroline Bouillier accouche de l’une de ses filles chez un marchand-bijoutier.

PHOTOGRAPHE SEDENTAIRE : Fin 1860, Bouillier se sédentarise à Millau (Aveyron). De là, il va rayonner dans d’autres villes de l’Aveyron (Rodez, Saint-Affrique) et de la Lozère (Mende). Dans "Le Journal de l’Aveyron" daté du 4 mars 1865, il annonce qu’il quittera Rodez le 20 mars suivant après y avoir fait 15 000 portraits cartes. Il a aussi exercé à Lamalou-les-Bains (Hérault) à partir de 1870. Bouillier poursuit sa carrière à Arcachon (Gironde) où il exerce à l’enseigne "Photographie du Châlet". Son atelier est situé avenue du Casino puis 278, boulevard de la Plage. Il est repris en 1887 par son gendre Jules Bois-Guillot et son épouse. Bouillier finit tristement sa carrière à Bordeaux (Gironde) dans un atelier situé 36, allées de Tourny. (2) Le 29 juin 1888, il est déclaré en faillite. (3) En 1889, avec sa femme, il part à Marseille (Bouches-du-Rhône) où vit l’un de ses fils. Il y est décédé le 17 novembre 1892 deux ans avant son épouse.

Deux filles du couple ont été photographes et ont épousé des photographes : - Antoinette, épouse de Jules Bois-Guillot qui succèdera à son beau-père à Arcachon avant de s’installer à Béziers ; - Emilie, épouse d’ Oscar Lafontan. Le couple Lafontan s’installera à Auch (Gers) en 1878 où il sera en activité jusqu’en 1934.

Sources :

(1) J’ai puisé beaucoup d’informations dans le livre Henry Calbabian "Saga d’une famille de photographes (1840-1940) E. Bouillier. O. Lafontan. A. Bois-Guillot". (2006)

  (2) Pierre Bardou - "Photographes en Gironde". (1993)

  (3) Gallica "Archives commerciales de la France" du 4 juillet 1888.