Célestin FAVEY

(xxxx-xxxx)
Photographe d'atelier

Brest Finistère Paris Seine

La carrière de ce photographe est difficile à retracer. Il nous manque quelques pièces pour en avoir une vision exacte. Léonard Célestin Favey serait né en 1860 environ. Peut-être en Normandie. Un Favey, associé à Simon, a été photographe au Havre (Seine-Maritime) mais aussi à Honfleur (Calvados). Dans "Le Journal de Honfleur" du 15 janvier 1881, on lit l’avis suivant : " M. Favey, photographe place Thiers à Honfleur a l’honneur d’informer le public que M. Simon ne fait plus partie de sa maison depuis le 1er janvier courant et que dans l’avenir tous les soins seront donnés à l’exécution des ordres qui lui seront confiés". Favey n’est pas recensé à Honfleur au printemps 1881. Quand nait sa fille, Marie Bernardine, le 7 mars 1883 à Paris (14e), il est photographe (sans autre précision). En 1886, il est recensé à Dinan (Côtes d’Armor) où il n’a probablement fait qu’un passage. Il se serait ensuite dirigé vers Brest (Finistère). Il a travaillé à son compte à Brest Recouvrance dans un atelier situé aux Quatre Moulins. En février 1891, le photographe brestois, Albert Tarlay, décède à l’âge de 31 ans, sa veuve confie à Favey la gérance de son atelier, 57, rue de Siam. Sur l’avis de décès de son épouse, en juillet 1893, Favey est gérant de la maison Tarlay. Gérance qu’il n’assurera pas très longtemps. En 1896, c’est le photographe Jotté-Latouche qui opère au 57 rue de Siam. Favey, lui, va poursuivre sa carrière à Paris. Associé à Knapp, il travaille dans un atelier situé 3, rue des Prouvaires . En octobre 1902, Knapp revend sa part à Favey qui continue seul. Célestin Favey est toujours photographe à cette adresse quand, le 26 janvier 1907,sa fille, Marie Bernardine,  épouse Bandelio Diaz, photographe employé rue des Prouvaires dans l'atelier de son futur beau-père. On ignore la date et le lieu du décès de Célestin Favey.