Emile LAMPE

(1874-?)
Photographe d'atelier

Lille Nord Roubaix Tarascon Bouches-du-Rhône Tourcoing

Fils d’un fileur, Emile Lampe est né le 23 mai 1874 à Tourcoing (Nord). Quand il passe devant le conseil de révision en 1894, il est rattacheur dans une usine textile. Il se marie à Tourcoing le 3 février 1897 où il est colporteur.

LE SOCIALISTE ANTICLERICAL  : Le 21 février 1897, "L’Egalité de Roubaix" annonce qu’un nouveau groupe (d’ouvriers socialistes ?) est en formation chez le citoyen Emile Lampe, estaminet "La Ficelle", rue de Moscou. "La Ficelle" sera le titre d’un hebdomadaire socialiste et anticlérical dont Lampe est le gérant. Des articles jugés injurieux et diffamatoires envers des prêtres ainsi que des religieuses qui s’occupaient des ouvrières dans les filatures entrainent des poursuites. Le 22 mars 1898, la cour d’appel de Douai condamne Emile Lampe à trois mois de prison et 100 francs d’amende. (1)

LE PHOTOGRAPHE : En décembre 1901, quand il divorce de sa première épouse, il est marchand de journaux 94, rue de la Croix Rouge à Tourcoing. C’est à cette adresse qu’il ouvre son premier atelier de pose à l’enseigne "Photographie tourquennoise". Il y exerce en avril 1903 quand il épouse en secondes noces une demoiselle de comptoir. Avant 1905, Lampe ouvre une succursale 70, rue de l’Epeule à Roubaix (Nord) et travaille désormais à l’enseigne "Photographie des deux villes". Son atelier roubaisien devient son atelier principal et celui de Tourcoing une succursale pour laquelle il demande en décembre 1906 une dérogation préfectorale à l’interdiction du travail le dimanche. Par la suite, il ouvre un deuxième établissement 93, rue Blanchemaille à Roubaix. Enfin, il s’installe 211, avenue de la République à Lille (Nord). La "Photographie des deux villes" devient alors la "Photographie du Nord". Belle réussite pour un homme qui quinze ans plus tôt s’échinait dans une manufacture. La suite sera moins heureuse. Au printemps 1910, quand il divorce de sa seconde épouse, Emile Lampe est domicilié à Toulouse (Haute-Garonne). En mai 1911, il est photographe patron à Tarascon (Bouches-du-Rhône) où il exerce au 7, avenue de la République dans l’ancien atelier de Georges Blanchin. Il ne semble pas qu’il y soit resté longtemps. En décembre 1914, il est convoqué par le conseil de révision de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), il devait donc être domicilié en Auvergne. Etait-il toujours photographe ?

Sources : (1) Sur Emile Lampe, gérant de "La Ficelle" condamné pour diffamation, on peut consulter :

- Les journaux du Nord mis en ligne par la Bibliothèque numérique de Roubaix et notamment "L’Egalité de Roubaix" en date des 21 février 1897 et 6 avril 1898.

- Gallica " La Semaine religieuse du diocèse de Lyon" du 26 novembre 1897.

- "L’Express du Midi" du 30 janvier 1898 qui reproduit un article paru dans "La Croix du Nord". Consultable en ligne sur Rosalis - Bibliothèque numérique de Toulouse.