Auguste MEURISSE

(1831-1908)
Photographe d'atelier
3 photographies

Angers Maine-et-Loire Besançon Doubs Béziers Hérault Morlaix FinistèreiRochefort Charente-Maritime Mâcon Saône-et-Loire Nice Alpes-Maritimes Privas Ardèche Sète Valence Drôme

César Auguste Meurisse naît le 5 novembre 1831 à Laon (Aisne) où son père, Gobert Meurisse, est tonnelier et marchand de vin. En avril 1843, il vend son fonds de commerce et quitte Laon. Deux ans plus tard, il acquiert, près de Paris, un terrain de 541 mètres situé "Pelouse de l’Etoile près et hors de la barrière de l’Etoile, territoire de Passy". Un lopin qui vaudrait aujourd’hui une fortune. Le 20 juillet 1853, un médecin constate que Gobert Meurisse souffre d’aliénation mentale. Frappé d’interdiction il finit sa vie dans une maison de santé à Paris. Son épouse décède avant lui le 29 avril 1855 au 4, rue de l’Arc-de-Triomphe, commune de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) où elle vit avec son fils. A cette date, Auguste Meurisse, âgé de 24 ans, est déjà "photographiste", sans doute employé dans un atelier de la capitale. Il n’a pas commencé le long périple qui va le conduire à exercer son métier dans dix villes différentes... et peut-être plus.

BESANCON : Même si rien ne l’atteste, Meurisse a dû commencer sa carrière en Franche-Comté. C’est là qu’il a pu rencontrer sa future épouse qui sera aussi photographe. Issue d’une famille du Jura, Isidora Wichard du Perron est née à Arbois en 1841. Agée de 20 ans, elle donne naissance le 27 juillet 1861, à une fille prénommée Emma Louise, née de père inconnu. La jeune fille est alors domiciliée à Besançon (Doubs) et vit sans doute avec Auguste Meurisse, le père d’Emma Louise.

NICE : Trois ans plus tard, la fillette est reconnue et légitimée par le mariage de ses parents le 29 octobre 1864 à Nice (Alpes-Maritimes). Le photographe y opère dans un atelier situé 2, rue Paradis et 13, rue Masséna. Dernière mention dans l’annuaire en 1865. (1)

VALENCE : Pendant tout l’hiver 1867-1868, "Le Courrier de la Drôme et de l’Ardèche" publie une annonce pour la photographie A. Meurisse à Valence (Drôme). Son atelier est situé rue Saint-Victor, près de la gare de petite vitesse. Le photographe y fait des portraits de toutes grandeurs, de la photographie hippique (chevaux et voitures) et des portraits après décès.(2)

PRIVAS : On trouve ensuite Meurisse dans l’Ardèche. Son fils Georges Félix naît à Privas le 12 août 1871. Le photographe accueille les Privadois dans son atelier situé Aux Bains de la Recluse - 32, cours du Temple. M. et Mme Meurisse et leurs deux enfants sont recensés à cette adresse en 1872.

SETE : Leur troisième enfant, prénommé Prosper, naît le 3 décembre 1874 à Sète (Hérault) mais il ne vivra que quelques mois. Auguste Meurisse est alors photographe rue du Château d’eau. Le 16 mai 1876, le tribunal de commerce le déclare en état de faillite. (3) Malgré cela, Meurisse continue à exercer à Sète. Sa benjamine, prénommée Lucie, est née rue du Château d’eau le 29 septembre 1878. Dans l’annuaire de l’Hérault, Meurisse figure dans la listes des photographes sètois jusqu’en 1884 inclus, ce qui prouve que l’annuaire n’est pas toujours une source fiable car la famille Meurisse avait quitté Sète pour Béziers depuis plusieurs années.

ANGERS : Aussi étonnant que cela puisse paraître, Meurisse photographe à Sète l’était aussi à Angers (Maine-et-Loire)... 700 kilomètres plus au nord. On trouve des portraits carte-de-visite avec au dos les mentions suivantes :"Photographie du Théâtre - A. Meurisse - place du Ralliement à l’angle de la rue Lenepveu et des Forges - Angers - Maison à Cette - avenue du Château d’eau". On suppose que le photographe avait recruté un opérateur qui gérait son atelier angevin mais pourquoi avoir ouvert une "succursale" si éloignée de son établissement principal ?

BEZIERS : En 1881, les Meurisse sont recensés à Béziers (Hérault). A l’enseigne "Grande Photographie des Allées", le photographe opère dans un atelier situé 26, allées Paul-Riquet. Bientôt, il sera rejoint par son épouse. A partir de 1883, l’annuaire mentionne que M. et Mme Meurisse sont photographes allées Paul-Riquet. Le couple travaille ensemble quelques années avant de se séparer. Monsieur part à Mâcon (Saône-et-Loire) ; Madame reste à Béziers avant de s’installer à Avignon (Vaucluse) puis à Rodez (Aveyron). Là, elle travaillera avec son fils Georges puis avec sa fille Lucie.

MORLAIX : François Boisjoly, sur son site www.photo-carte.com, reproduit un portrait carte-de-visite signé de M. et Mme Meurisse, successeurs de la maison Beuscher à Morlaix (Finistère). Comment faisaient-ils si loin de Béziers ?

MACON : Après avoir quitté Béziers, Meurisse travaille un temps à Mâcon (Saône-et-Loire) où il succède vers 1886 à Théodore Grémion dans son atelier situé rue de Strasbourg. A noter que le frère cadet de Théodore, Achille Grémion, lui aussi photographe, remplacera Meurisse à Rochefort (voir ci-dessous).

ROCHEFORT : Auguste Meurisse termine sa carrière à Rochefort dans un atelier situé 60, rue des Fonderies. Il est recensé à cette adresse en 1891. C’est sans doute en 1893 qu’Achille Grémion le remplace. Propriétaire, Meurisse vivra une quinzaine d’années de ses rentes. Il est décédé à Rochefort le 17 septembre 1908 à l’âge de 77 ans.

Sources :

(1) Précision apportée par Roland Patin, historien des photographes niçois.

(2) "Le Courrier de la Drôme et de l’Ardèche" . La première annonce est publiée le 14 novembre 1867 et la dernière le 30 janvier 1868. Consultable en ligne sur Lectura Plus - Portail du Patrimoine écrit et graphique en Auvergne-Rhône-Alpes.

(3) "Le Messager du Midi" du 18 novembre 1876. Consultable sur Ressources - Patrimoine en Occitanie.