FELIX

(xxxx-xxxx)
Daguerréotypeur itinérant puis sédentaire

Nantes Loire-Atlantique

Officier polonais né à Varsovie, Félix Garbowski aurait émigré en France en 1832. (1) Il a été daguerréotypeur et photographe sous le nom de Félix. Dans "Le Courrier de Nantes" daté du 5 février 1846, il fait insérer l’annonce suivante : "L’Etablissement de M. Félix, dont les gracieux portraits au daguerréotype sont depuis longtemps favorablement connus à Nantes, sera ouvert tous les jours, n’importe le temps, pendant les mois de février et mars seulement rue Bonne-Louise 16, pré Saint-François". (2) On en déduit que ce n’était pas le premier passage de Félix à Nantes et qu’il n’avait pas encore décidé de s’y fixer. Cette même année 1846, il passe trois mois au Mans (Sarthe) avant un séjour de quelques semaines à Alençon (Orne). Le 16 août 1846,  "Le Nouvelliste alençonnais" annonce son arrivée dans l'Orne en première page :  "...les épreuves obtenues par M. Félix ne sauraient être confondues avec tous ces mauvais produits dont on a jusqu’à présent abusé le public et qui n’ont servi qu’à décrier cette merveilleuse et si belle invention…" (3) Chose étonnante, à Alençon, Félix recevait sa clientèle chez M. Fourié, juge de paix.

On n’imagine que le daguerréotypeur a arpenté longtemps tout l’ouest de la France avant d’opérer à Nantes dans un atelier permanent situé 20, rue du Chapeau-Rouge. Il est recensé à cette adresse en 1856, 1861 et 1866. Entre temps, la photographie sur papier avait remplacé le daguerréotype sur plaque.  Pourtant, on ne conserve aucune trace du travail de photographe de Félix.  En 1872,  il est photographe domicilié rue Boileau. Sexagénaire, il vivra de peu, au jour le jour.  Le 23 mars 1878, décède à l’Hôtel-Dieu de Nantes un certain Jacques Garbewski, journalier, âgé de 67 ans, né à Varsovie. Le patronyme est mal orthographié, le prénom n’est pas le bon mais il ne peut s’agir que notre officier polonais.  Seul et oublié, il est mort dans une salle commune du grand hôpital de Nantes.

Sources :

(1) Cette mention figure sur le recensement de Nantes en 1856. Consultable en ligne sur le site des Archives municipales.

(2) "Le Courrier de Nantes" du 5 février 1846. Consultable en ligne sur le site des Archives départementales de la Loire-Atlantique

(3) "Le Nouvelliste alençonnais" du 16 août 1846. Consultable en ligne sur Normannia - Le Patrimoine écrit de Normandie.