Michel Pierre YVON ou YVON-ABEL

(1835-1918)
Photographe d'atelier.
21 photographies

Loches Indre-et-Loire Paris Seine

 Michel Pierre Yvon, prénommé aussi Charles, est né le 27 février 1835 à Paris. Il sera d'abord dessinateur en châles. Il commence sa carrière de photographe dans la capitale. Dans son "Répertoire des photographes de France au XIXe siècle", Jean-Marie Voignier le recense 16, rue Tronchet (9e) en 1863 mais François Boisjoly ne le mentionne pas dans son "Répertoire des photographes parisiens du XIXe siècle". Voignier ajoute que Charles Yvon a présenté aux expositions de la Société française de photographie en 1861 et 1863 des vues de bateaux (yoles, périssoires). Un sujet qui le touchait de près : sportif, Michel-Pierre Yvon sera l'un des premiers membres des sociétés des régates de Paris et fera triompher les couleurs de ces sociétés en France et à  l'étranger. A l'exposition universelle de 1867, associé à  son frère cadet Jules (1838-1903), il obtient une récompense. Entre février 1866 et février 1867, il est inscrit sur les listes électorales d'Asnières-sur-Seine, (Hauts-de-Seine) avec la mention « dessinateur ». A l'automne 1868, Jules Yvon, qui est installé à  Vendôme (Loir-et-Cher) depuis 1863 annonce dans la presse locale « qu'à  l'occasion des vacances, il vient de s'assurer le concours de M. A. Yvon, opérateur et préparateur de Paris, inventeur d'un procédé extra-rapide pour la Photographie des enfants ». Il ne peut s'agir que de son frère aîné..

En 1869, Michel-Pierre Yvon découvre la beauté des paysages du Lochois. Le 21 mars 1870, il épouse Léontine Paquet à Loches (Indre-et-Loire). Sur l'acte de mariage, il est précisé que le futur demeure à  Loches mais est domicilié de droit à  Vendôme. Yvon ouvre un atelier 7, rue des Ponts où il va exercer pendant quarante ans. Beaucoup des photographies qu'il a faites à  Loches sont signées Ch. Yvon. ou Yvon-Abel. Pourtant, Yvon n'a jamais été associé à  son collègue de Tours, Philippe Abel. La signature Yvon-Abel figure déjà  en avril 1871 sur l'acte de naissance de la fille unique du photographe. Abel ne s'installera à  Tours que dix ans plus tard.

Membre de la Société française de photographie, Yvon suit de près les évolutions techniques de son métier et y participe. En 1874, il expose dans « Le Moniteur de la photographie » un procédé pour obtenir des fonds dégradés. Son activité ne se limite pas à  faire le portrait des habitants de Loches. On lui doit beaucoup de photographies -format carte album- de Loches et des environs. La qualité de ces épreuves lui vaut d'être sollicité par la Commission des monuments historiques pour laquelle il fera de nombreux et lointains voyages de documentation. Membre du Touring club de France (créé en 1890), Yvon y fait la promotion de la bicyclette, un moyen de locomotion qu'il aurait utilisé très tôt pour ses déplacements professionnels et qui suscitait une vive curiosité. Il cesse son activité en 1910 à  l'âge de soixante-quinze ans. Une partie des épreuves qu'il avait accumulées en quarante ans de carrière sera reprise par le photographe Narcisse Moreau. Michel Pierre Yvon est décédé à Loches le 4 mai 1918.

Source : Nécrologie insérée dans « Le Lochois » du 10 mai 1918.